ehpad
Publié le 31 Mars 2016 à 08h00 - 1460 hits

Les maisons de retraites : une mine d'or pour les investisseurs

La rentabilité sur la location constitue un facteur intéressant dans les maisons de retraites. Comme tout investissement, il ne faut pas croire un seul instant que les risques n’existent pas. L’effectif des personnes âgées ne cessent d’augmenter. D’après l’INSEE, elles compteront plus de 1,2 million d’ici 25 ans. Ce qui promeut aux EHPAD de devenir un domaine clé de l’investissement. Les statistiques indiquent que 650.000 seniors résident déjà dans les EHPAD. Toutefois, les hébergements sont insuffisants, d’où la plupart des intérêts se tournent dans la direction des maisons de retraites.

Un placement fructueux

Dans un EHPAD, la rentabilité se situe entre 4 et 5% par an. Comme il s’agit d’un investissement à long terme, il vous génère un supplément de revenu durant des années. Ce qui permet à un acheteur d’optimiser sa source d’argent pour la retraite. En plus, le régime fait jouir d’une réduction de 5% sur l’impôt.

Acheter un bien avec des services ou pour le tourisme, un investisseur peut avoir un statut de LMNP. Dans le cas où le gain annuel dépasse les 23.000 euros TTC, le régime s’oriente vers le LMP. Avec le LMNP, la loi de finances 2009 joue en faveur de l’investisseur sur les avantages fiscaux comme la récupération de la TVA dans tout achat et travaux. D’un autre côté, des charges foncières calculées en fonction des revenus sur la location. Pour une LMNP, la surface d’un bien achetable est entre 20 et 25 m2, qui sera mis en location durant 11 ans et 9 mois.

Pour l’immobilier biarritz, le secteur est très actif. Comme indication, la rentabilité d’un achat à 130.000 euros par un jeune couple est de 5% durant 20 ans. Ce qui correspond à un complément de revenu de 6.500 euros par an. D’un autre côté, le couple a la faculté de récupérer de TVA pour une somme de 25.480 euros.

Quelles sont les procédures ?

En ce qui concerne le rachat d’une chambre en EHPAD, les formalités ne sont pas simples. Les conditions et les règles sont sévères. Avant tout, il faut acquérir une autorisation auprès de la DDASS, établir un compromis tripartites et réaliser des travaux pour mettre aux normes l’établissement.

D’autres points seront à vérifier : la stabilité financière de l’opérateur et le taux de remplissage des chambres. La prudence et la vigilance font appel à se tourner vers des groupes réputés dans le marché. Pour les identifier, vous pouvez consulter des sites qui classent les exploitants entre eux selon leurs capacités et leurs succès. D’un autre côté, il y a des professionnels qui notent chaque groupe. Vous pouvez les exploiter pour connaitre les meilleurs sur le marché.

A titre d’indication, Quiétude, Orpea ou Medica France représentent des leaders sur le marché. Il y en a encore d’autres dont vous allez prendre connaissance au fur et à mesure.

Laissez votre commentaire à propos de cet article